Journal 06. Portraits inspirants #1 : Yang Er Bao Lang & Wang Fangzhou, l’appel du Bleu indigo

Notre collection de mode YUANFEN s’est dessinée peu à peu suite à nos rencontres aux quatre coins de la Chine, permises par notre yuanfen si hors-du-commun. Le concept chinois yuanfen signifie le destin. C’est un concept proche de la conception bouddhiste du karma. Le yuanfen cependant est un concept moins individualiste que le karma. Il prend en compte nos interactions avec les individus. On pourrait le traduire par « les affiliations naturelles ». Les croyances chinoises affirment que les énergies qui guident notre yuanfen sont intimement liées à nos vies antérieures. Lorsque nous étions en Chine, nous avions en effet le sentiment de rencontrer des personnes que nous avions toujours connues, tellement nos échanges étaient fluides et passionnés. Ces femmes et ces hommes nous ont apporté un nouveau regard sur la Chine et nous voulons partager leurs histoires avec vous.

Aujourd’hui, nous vous amenons dans les montagnes du Guizhou à la rencontre de deux artisans très inspirants de par leur détermination pour préserver l’artisanat traditionnel Miao. Il s’agit de Yang Er Bao Lang et Wang Fangzhou. Nous les avons rencontrés en Janvier dernier dans leur atelier à Danzhai, où ils nous ont accueillis très chaleureusement. Collaborer avec eux fut une évidence pour nous.

Village de Paimuo, Guizhou

Yang Er Bao Lang est une femme très touchante, qui s’est forgée une force de caractère en dépassant de nombreux obstacles sur son chemin de vie… Elle est née dans un village perdu des rizières du Guizhou, dans le comté de Danzhai. Enfant, elle contemplait avec beaucoup de curiosité sa mère qui réalisait de superbes motifs sur les tissus avec la technique du batik. Ses parents n’ayant pas les moyens de lui offrir les outils nécessaires pour pratiquer cet art, elle s’entraînait à dessiner les motifs dans le sable. Yang Er Bao Lang a également appris à tisser avec sa grand-mère. Il était très important pour elle de devenir une bonne couturière à cette époque. En effet, elle devait coudre sa propre tenue de mariage avec beaucoup de soin afin de gagner le respect de sa famille et de son futur mari.

Comme beaucoup de femmes de sa génération, Yang Er Bao Lang fût mariée très jeune, avec un homme qu’elle ne connaissait guère. Ils partirent tous les deux de leur village natal pour s’installer dans la métropole de Canton afin de gagner leur vie. Ne parlant pas un mot de mandarin, Yang Er Bao Lang a eu beaucoup de mal à s’adapter à ce tout nouvel environnement qui ne la rendait pas heureuse. 

Yang Er Bao Lang

En 2013, elle prit la décision de retourner dans le comté de Danzhai pour créer son propre atelier de batik. Malheureusement, étant analphabète, elle rencontra de nombreuses difficultés commerciales et sera contrainte de fermer son entreprise. Elle n’a cependant jamais perdu espoir, si bien qu’en 2016, elle collabore avec Wang Fangzhou pour créer une école et un atelier de batik. Cette fois-ci le succès escompté fût au rendez-vous.

Wang Fang Zhou est lui aussi né dans un petit village du comté de Danzhai. Il a toujours été fasciné par la teinture indigo. Il se souvient avec émotion, nous dit-il, de ce jour où sa mère lui avait expliqué que cette superbe couleur venait de simples feuilles offertes par la Nature. Lui aussi dut quitter à contre-coeur son village natal pour travailler dans de grandes métropoles. La nostalgie le gagna de jour en jour et il décida finalement de repartir dans le Guizhou en quête de sens. Il trouva en la personne de Yang Er Bao Lang une âme-soeur qui partage son désir profond de préserver le patrimoine culturel Miao. En créant ensemble leur atelier, ils ont permis à une quarantaine de femmes des villages environnants de Danzhai de gagner un salaire qui leur permet de vivre dignement. Nous avons eu l’occasion de rencontrer ces femmes dans l’atelier où règne une ambiance joviale et conviviale. Elles sont toutes très reconnaissantes envers les deux fondateurs qui leur ont donné cette opportunité de vivre de leur passion.

Wang Fangzhou

Les histoires inspirantes des entrepreneurs Yang Er Bao Lang et Wang Fangzhou nous ont donné de l’espoir et la force pour aller de l’avant. Yang Er Bao Lang a récemment été nommée sur la liste prestigieuse des femmes ambassadrices de la préservation du patrimoine culturel immatériel. Au-delà de ses talents en tant qu’artisan de batik, elle est aussi une célébrité dans le Guizhou pour ses talents de chanteuse. Lors de la fête de fin d’année de l’atelier où nous étions conviés, nous avons eu le plaisir d’écouter les chants traditionnels Miao chantés par Yang Er Bao Lang. Le peuple Miao se transmet l’histoire de leur communauté par le chant. Chaque chant témoigne d’un riche héritage culturel qui ne cesse de nous passionner.

Dans cette série de portraits sur notre blog, nous aurons l’occasion de vous présenter d’autres personnes au destin passionnant, qui nous offre des nouvelles perspectives sur la Chine. Restez connectés! 

Les artisans Miao chantent des airs traditionnels

No Comments

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

RECEVEZ 10% DE RÉDUCTION SUR VOTRE PREMIÈRE COMMANDE EN VOUS INSCRIVANT À NOTRE NEWSLETTER !